« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le mardi de la 4e semaine de CarĂŞme
Commentaire du jour
Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395), moine et évêque
La Vie de MoĂŻse, II, 121s ; SC 1 (trad. SC p. 181 rev.)

Sauvés par l'eau

      Tout homme qui entend le rĂ©cit de la traversĂ©e de la mer Rouge comprend quel est ce mystère de l'eau, dans laquelle on descend avec toute l'armĂ©e des ennemis et de laquelle on Ă©merge seul, laissant l'armĂ©e des ennemis engloutie dans l'abĂ®me. Qui ne voit que cette armĂ©e des Égyptiens..., ce sont les diverses passions de l'âme auxquelles l'homme est asservi : sentiments de colère, impulsions diverses de plaisir, de tristesse ou d'avarice ?... Toutes ces choses et toutes celles qui sont Ă  leur origine, avec le chef qui mène l'attaque haineuse, se prĂ©cipitent dans l'eau Ă  la suite de l'IsraĂ©lite.

      Mais l'eau, par la force du bâton de la foi et la puissance de la nuĂ©e lumineuse (Ex 14,16.19), devient source de vie pour ceux qui y cherchent un refuge — et source de mort pour ceux qui les poursuivent... Cela signifie, si l'on en dĂ©gage le sens cachĂ©, que tous ceux qui passent par l'eau sacramentelle du baptĂŞme doivent faire mourir dans l'eau toutes les inclinations mauvaises qui leur font la guerre — l'avarice, les dĂ©sirs impurs, l'esprit de rapine, les sentiments de vanitĂ© et d'orgueil, les Ă©lans de colère, la rancune, l'envie, la jalousie...

      Il en est comme du mystère de la Pâque juive : on appelait « pâque Â» l'agneau dont le sang prĂ©servait de la mort ceux qui en faisaient usage (Ex 12,21.23). Dans ce mystère, la Loi ordonne de manger avec la pâque du pain azyme, sans vieux levain, c'est-Ă -dire sans qu'aucun reste de pĂ©chĂ© soit mĂŞlĂ© Ă  la vie nouvelle (1Co 5,7-8)... De mĂŞme on doit engloutir toute l'armĂ©e Ă©gyptienne, c'est-Ă -dire toute forme de pĂ©chĂ©, dans le bain du salut comme dans l'abĂ®me de la mer et en Ă©merger seul, sans rien qui nous soit Ă©tranger.



 
©Evangelizo.org 2001-2018