« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le lundi de la 20e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Récit de trois compagnons de saint François d'Assise (v. 1244)
§ 27-29 (trad. Desbonnets et Vorreux, Documents, p. 828)

La joie du détachement spirituel

      Un jour, en secret, Messire Bernard s'approcha de François, qui n'avait encore aucun compagnon. « Frère, dit Bernard, pour l'amour de mon Seigneur qui me les a confiés, je veux distribuer tous mes biens, de la manière qui te paraîtra la plus appropriée. » François répondit : « Demain, nous irons à l'église et le livre des Évangiles nous fera connaître de quelle manière le Seigneur enseigna ses disciples. » Le matin donc, ils se levèrent et, en compagnie d'un autre homme appelé Pierre qui lui aussi désirait devenir frère, ils se rendirent à l'église… Ils entrèrent pour prier et, parce qu'ils étaient sans instruction et ne savaient pas où trouver la parole de l'Évangile sur la renonciation au monde, ils demandaient au Seigneur qu'il daigne leur montrer sa volonté dès la première ouverture du livre.



      Leur prière terminée, le bienheureux François prit le livre fermé et, agenouillé devant l'autel, il l'ouvrit. À la première ouverture se présenta ce conseil du Seigneur : « Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres et tu auras un trésor au ciel. » À cette découverte le bienheureux François se réjouit beaucoup et rendit grâce à Dieu. Mais, comme il avait une vraie dévotion à la Trinité, il voulut avoir la confirmation par un triple témoignage. Il ouvrit donc le livre une seconde et une troisième fois. À la seconde ouverture il trouva : « N'emportez rien sur la route » (Lc 9,3) et à la troisième : « Celui qui veut me suivre doit renoncer à lui-même » (Lc 9,23)… François dit : « Frères, voilà notre vie et notre règle, et celle de tous ceux qui voudront se joindre à notre groupe. Allez, et ce que vous avez entendu, faites-le ! »



      Bernard, qui était très riche, s'en alla ; en vendant tout ce qu'il possédait, il réunit une grande somme d'argent dont il distribua la totalité aux pauvres de la ville… À partir de cette heure, tous trois vécurent suivant la règle du saint Évangile que le Seigneur leur avait montrée. C'est ce que le bienheureux François dit dans son testament : « C'est le Seigneur lui-même qui m'a révélé que je devais vivre selon la forme du saint Évangile. »   



 
©Evangelizo.org 2001-2018