« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le jeudi de la 7e semaine de PĂąques
Commentaire du jour
BenoĂźt XVI, pape de 2005 Ă  2013
Discours du 30/06/2005 (trad. © Libreria Editrice Vaticana)

« Qu'ils soient un en nous, pour que le monde croie »

      [Dans les relations entre catholiques et orthodoxes] la recherche thĂ©ologique, qui doit affronter des questions complexes et trouver des solutions qui ne soient pas rĂ©ductrices, reprĂ©sente un engagement sĂ©rieux, auquel nous ne pouvons pas nous soustraire. S'il est vrai que le Seigneur appelle avec force ses disciples Ă  construire l'unitĂ© dans la charitĂ© et dans la vĂ©ritĂ©, s'il est vrai que l'appel ƓcumĂ©nique constitue une invitation pressante Ă  rĂ©Ă©difier, dans la rĂ©conciliation et dans la paix, l'unitĂ© gravement endommagĂ©e entre tous les chrĂ©tiens, si nous ne pouvons ignorer que la division rend moins efficace la trĂšs sainte cause de la prĂ©dication de l'Évangile Ă  chaque crĂ©ature (Mc 16,15), comment pouvons-nous nous soustraire au devoir d'examiner avec clartĂ© et bonne volontĂ© nos diffĂ©rences, en les affrontant avec l'intime conviction qu'elles doivent ĂȘtre rĂ©solues?

      L'unitĂ© que nous recherchons n'est ni absorption, ni fusion, mais respect de la plĂ©nitude multiforme de l'Église qui, conformĂ©ment Ă  la volontĂ© de son fondateur JĂ©sus Christ, doit ĂȘtre toujours « une, sainte, catholique et apostolique ». Cette consigne a trouvĂ© son plein Ă©cho dans la profession de foi intangible de tous les chrĂ©tiens, le Credo Ă©laborĂ© par les PĂšres des conciles ƓcumĂ©niques de NicĂ©e et de Constantinople.

      Le Concile du Vatican a reconnu avec luciditĂ© le trĂ©sor que possĂšde l'Orient et dont l'Occident « a pris de nombreuses choses »...; il a exhortĂ© Ă  ne pas oublier combien de souffrances l'Orient a endurĂ©es pour conserver sa foi... Il a encouragĂ© Ă  considĂ©rer l'Orient et l'Occident comme des tesselles d'une mosaĂŻque qui composent le visage resplendissant du PantocrĂĄtor, le Christ MaĂźtre de tout (Ap 15,3), dont la main bĂ©nit le monde entier, tout l'OikoumenĂ©. Le Concile est allĂ© plus loin en affirmant : « Il n'est donc pas Ă©tonnant que certains aspects du mystĂšre rĂ©vĂ©lĂ© aient Ă©tĂ© parfois mieux saisis et mieux exposĂ©s par l'un que par l'autre, si bien que ces diverses formules thĂ©ologiques doivent souvent ĂȘtre considĂ©rĂ©es comme plus complĂ©mentaires qu'opposĂ©es » (Unitatis redintegratio, 17).



 
©Evangelizo.org 2001-2018