« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 
Lundi 02 avril 2018
Le lundi de PĂąques



Livre des Actes des ApĂŽtres 2,14.22b-33.
Le jour de la PentecĂŽte, Pierre, debout avec les onze autres ApĂŽtres, Ă©leva la voix et leur fit cette dĂ©claration : « Vous, Juifs, et vous tous qui rĂ©sidez Ă  JĂ©rusalem, sachez bien ceci, prĂȘtez l’oreille Ă  mes paroles.
Il s’agit de JĂ©sus le NazarĂ©en, homme que Dieu a accrĂ©ditĂ© auprĂšs de vous en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mĂȘmes.
Cet homme, livrĂ© selon le dessein bien arrĂȘtĂ© et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimĂ© en le clouant sur le bois par la main des impies.
Mais Dieu l’a ressuscitĂ© en le dĂ©livrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir.
En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume : ‘Je voyais le Seigneur devant moi sans relĂąche : il est Ă  ma droite, je suis inĂ©branlable.
C’est pourquoi mon cƓur est en fĂȘte, et ma langue exulte de joie ; ma chair elle-mĂȘme reposera dans l’espĂ©rance :
tu ne peux m’abandonner au sĂ©jour des morts ni laisser ton fidĂšle voir la corruption.
Tu m’as appris des chemins de vie, tu me rempliras d’allĂ©gresse par ta prĂ©sence.’
FrĂšres, il est permis de vous dire avec assurance, au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a Ă©tĂ© enseveli, et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous.
Comme il était prophÚte, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trÎne un homme issu de lui.
Il a vu d’avance la rĂ©surrection du Christ, dont il a parlĂ© ainsi : ‘Il n’a pas Ă©tĂ© abandonnĂ© Ă  la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption.’
Ce JĂ©sus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes tĂ©moins.
ÉlevĂ© par la droite de Dieu, il a reçu du PĂšre l’Esprit Saint qui Ă©tait promis, et il l’a rĂ©pandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez. »


Psaume 16(15),1-2a.5.7-8.9-10.11.
Garde-moi, mon Dieu : j'ai fait de toi mon refuge.
J'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort. »

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
mĂȘme la nuit mon cƓur m'avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relĂąche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

Mon cƓur exulte, mon Ăąme est en fĂȘte,
ma chair elle-mĂȘme repose en confiance :
tu ne peux m'abandonner Ă  la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

Tu m'apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, Ă©ternitĂ© de dĂ©lices !




Évangile de JĂ©sus-Christ selon saint Matthieu 28,8-15.
En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittùrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
Et voici que JĂ©sus vint Ă  leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchĂšrent, lui saisirent les pieds et se prosternĂšrent devant lui.
Alors JĂ©sus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer Ă  mes frĂšres qu’ils doivent se rendre en GalilĂ©e : c’est lĂ  qu’ils me verront. »
Tandis qu’elles Ă©taient en chemin, quelques-uns des gardes allĂšrent en ville annoncer aux grands prĂȘtres tout ce qui s’était passĂ©.
Ceux-ci, aprĂšs s’ĂȘtre rĂ©unis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnĂšrent aux soldats une forte somme
en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”
Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. »
Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagĂ©e chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.






 
©Evangelizo.org 2001-2018