« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

TrentiĂšme dimanche du temps ordinaire

Livre de l'Exode 22,20-26.
Tu n’exploiteras pas l’immigrĂ©, tu ne l’opprimeras pas, car vous Ă©tiez vous-mĂȘmes des immigrĂ©s au pays d’Égypte.
Vous n’accablerez pas la veuve et l’orphelin.
Si tu les accables et qu’ils crient vers moi, j’écouterai leur cri.
Ma colĂšre s’enflammera et je vous ferai pĂ©rir par l’épĂ©e : vos femmes deviendront veuves, et vos fils, orphelins.
Si tu prĂȘtes de l’argent Ă  quelqu’un de mon peuple, Ă  un pauvre parmi tes frĂšres, tu n’agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d’intĂ©rĂȘts.
Si tu prends en gage le manteau de ton prochain, tu le lui rendras avant le coucher du soleil.
C’est tout ce qu’il a pour se couvrir ; c’est le manteau dont il s’enveloppe, la seule couverture qu’il ait pour dormir. S’il crie vers moi, je l’écouterai, car moi, je suis compatissant !

Psaume 18(17),2-3.4.20.47.51ab.
Je t'aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m'abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange Ă  Dieu !
Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.
Et lui m'a dégagé, mis au large, il m'a libéré, car il m'aime.

Vive le Seigneur ! BĂ©ni soit mon Rocher !
Qu'il triomphe, le Dieu de ma victoire !
Il donne Ă  son roi de grandes victoires,
il se montre fidĂšle Ă  son messie.


PremiĂšre lettre de saint Paul ApĂŽtre aux Thessaloniciens 1,5c-10.
En effet, notre annonce de l’Évangile n’a pas Ă©tĂ©, chez vous, simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint, pleine certitude : vous savez comment nous nous sommes comportĂ©s chez vous pour votre bien.
Et vous-mĂȘmes, en fait, vous nous avez imitĂ©s, nous et le Seigneur, en accueillant la Parole au milieu de bien des Ă©preuves, avec la joie de l’Esprit Saint.
Ainsi vous ĂȘtes devenus un modĂšle pour tous les croyants de MacĂ©doine et de GrĂšce.
Et ce n’est pas seulement en MacĂ©doine et en GrĂšce qu’à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti, mais la nouvelle de votre foi en Dieu s’est si bien rĂ©pandue partout que nous n’avons pas besoin d’en parler.
En effet, les gens racontent, Ă  notre sujet, l’accueil que nous avons reçu chez vous ; ils disent comment vous vous ĂȘtes convertis Ă  Dieu en vous dĂ©tournant des idoles, afin de servir le Dieu vivant et vĂ©ritable,
et afin d’attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscitĂ© d’entre les morts, JĂ©sus, qui nous dĂ©livre de la colĂšre qui vient.

Évangile de JĂ©sus-Christ selon saint Matthieu 22,34-40.
En ce temps-lĂ , les pharisiens, apprenant qu’il avait fermĂ© la bouche aux sadducĂ©ens, se rĂ©unirent,
et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question Ă  JĂ©sus pour le mettre Ă  l’épreuve :
« Maßtre, dans la Loi, quel est le grand commandement ? »
JĂ©sus lui rĂ©pondit : « ‘Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cƓur, de toute ton Ăąme et de tout ton esprit.’
VoilĂ  le grand, le premier commandement.
Et le second lui est semblable : ‘Tu aimeras ton prochain comme toi-mĂȘme.’
De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les ProphÚtes. »



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour : Saint Anselme
« Tout ce qu'il y a dans l'Écriture – dans la Loi et les prophĂštes – dĂ©pend de ces deux commandements »



 
©Evangelizo.org 2001-2018