« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le vendredi de la 2e semaine de CarĂȘme

Livre de la GenĂšse 37,3-4.12-13a.17-28.
IsraĂ«l, c’est-Ă -dire Jacob, aimait Joseph plus que tous ses autres enfants, parce qu’il Ă©tait le fils de sa vieillesse, et il lui fit faire une tunique de grand prix.
En voyant qu’il leur prĂ©fĂ©rait Joseph, ses autres fils se mirent Ă  dĂ©tester celui-ci, et ils ne pouvaient plus lui parler sans hostilitĂ©.
Les frÚres de Joseph étaient allés à Sichem faire paßtre le troupeau de leur pÚre.
Israël dit à Joseph : « Tes frÚres ne gardent-ils pas le troupeau à Sichem ? Va donc les trouver de ma part ! »
L’homme dit : « Ils sont partis d’ici, et je les ai entendu dire : “Allons Ă  Dotane !” » Joseph continua donc Ă  chercher ses frĂšres et les trouva Ă  Dotane.
Ceux-ci l’aperçurent de loin et, avant qu’il arrive prùs d’eux, ils complotùrent de le faire mourir.
Ils se dirent l’un Ă  l’autre : « Voici l’expert en songes qui arrive !
C’est le moment, allons-y, tuons-le, et jetons-le dans une de ces citernes. Nous dirons qu’une bĂȘte fĂ©roce l’a dĂ©vorĂ©, et on verra ce que voulaient dire ses songes ! »
Mais RoubÚne les entendit, et voulut le sauver de leurs mains. Il leur dit : « Ne touchons pas à sa vie. »
Et il ajouta : « Ne répandez pas son sang : jetez-le dans cette citerne du désert, mais ne portez pas la main sur lui. » Il voulait le sauver de leurs mains et le ramener à son pÚre.
DĂšs que Joseph eut rejoint ses frĂšres, ils le dĂ©pouillĂšrent de sa tunique, la tunique de grand prix qu’il portait,
ils se saisirent de lui et le jetĂšrent dans la citerne, qui Ă©tait vide et sans eau.
Ils s’assirent ensuite pour manger. En levant les yeux, ils virent une caravane d’IsmaĂ©lites qui venait de Galaad. Leurs chameaux Ă©taient chargĂ©s d’aromates, de baume et de myrrhe qu’ils allaient livrer en Égypte.
Alors Juda dit à ses frÚres : « Quel profit aurions-nous à tuer notre frÚre et à dissimuler sa mort ?
Vendons-le plutĂŽt aux IsmaĂ©lites et ne portons pas la main sur lui, car il est notre frĂšre, notre propre chair. » Ses frĂšres l’écoutĂšrent.
Des marchands madianites qui passaient par lĂ  retirĂšrent Joseph de la citerne, ils le vendirent pour vingt piĂšces d’argent aux IsmaĂ©lites, et ceux-ci l’emmenĂšrent en Égypte.

Psaume 105(104),4a.5a.6.16-17.18-19.20-21.
Cherchez le Seigneur et sa puissance,
souvenez-vous des merveilles qu'il a faites,
Vous, la race d'Abraham son serviteur,
les fils de Jacob, qu'il a choisis.

Il appela sur le pays la famine,
le privant de toute ressource.
Mais devant eux il envoya un homme,
Joseph, qui fut vendu comme esclave.

On lui met aux pieds des entraves,
on lui passe des fers au cou ;
il souffrait pour la parole du Seigneur,
jusqu'au jour oĂč s'accomplit sa prĂ©diction.

Le roi ordonne qu'il soit relùché,
le maßtre des peuples, qu'il soit libéré.
Il fait de lui le chef de sa maison,
le maĂźtre de tous ses biens.



Évangile de JĂ©sus Christ selon saint Matthieu 21,33-43.45-46.
En ce temps-lĂ ,  JĂ©sus disait aux grands prĂȘtres et aux anciens du peuple : « Écoutez une autre parabole : Un homme Ă©tait propriĂ©taire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clĂŽture, y creusa un pressoir et bĂątit une tour de garde. Puis il loua cette vigne Ă  des vignerons, et partit en voyage.
Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprĂšs des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne.
Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappùrent l’un, tuùrent l’autre, lapidùrent le troisiùme.
De nouveau, le propriĂ©taire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la mĂȘme façon.
Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils.”
Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : “Voici l’hĂ©ritier : venez ! tuons-le, nous aurons son hĂ©ritage !”
Ils se saisirent de lui, le jetĂšrent hors de la vigne et le tuĂšrent.
Eh bien ! quand le maßtre de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? »
On lui rĂ©pond : « Ces misĂ©rables, il les fera pĂ©rir misĂ©rablement. Il louera la vigne Ă  d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. »
JĂ©sus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : ‘La pierre qu’ont rejetĂ©e les bĂątisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est lĂ  l’Ɠuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux !’
Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevĂ© pour ĂȘtre donnĂ© Ă  une nation qui lui fera produire ses fruits. »
En entendant les paraboles de JĂ©sus, les grands prĂȘtres et les pharisiens avaient bien compris qu’il parlait d’eux.
Tout en cherchant Ă  l’arrĂȘter, ils eurent peur des foules, parce qu’elles le tenaient pour un prophĂšte.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour : Saint Irénée de Lyon
La vigne de Dieu



 
©Evangelizo.org 2001-2017