« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le vendredi de la 19e semaine du temps ordinaire

Livre d'ÉzĂ©chiel 16,1-15.60.63.
La parole du Seigneur me fut adressée :
« Fils d’homme, fais connaĂźtre Ă  JĂ©rusalem ses abominations.
Tu diras : Ainsi parle le Seigneur Dieu à Jérusalem : Par tes origines et ta naissance, tu es du pays de Canaan. Ton pÚre était un Amorite, et ta mÚre, une Hittite.
À ta naissance, le jour oĂč tu es nĂ©e, on ne t’a pas coupĂ© le cordon, on ne t’a pas plongĂ©e dans l’eau pour te nettoyer, on ne t’a pas frottĂ©e de sel, ni enveloppĂ©e de langes.
Aucun regard de pitiĂ© pour toi, personne pour te donner le moindre de ces soins, par compassion. On t’a jetĂ©e en plein champ, avec dĂ©goĂ»t, le jour de ta naissance.
Je suis passĂ© prĂšs de toi, et je t’ai vue te dĂ©battre dans ton sang. Quand tu Ă©tais dans ton sang, je t’ai dit : “Je veux que tu vives !”
Je t’ai fait croĂźtre comme l’herbe des champs. Tu as poussĂ©, tu as grandi, tu es devenue femme, ta poitrine s’est formĂ©e, ta chevelure s’est dĂ©veloppĂ©e. Mais tu Ă©tais complĂštement nue.
Je suis passĂ© prĂšs de toi, et je t’ai vue : tu avais atteint l’ñge des amours. J’étendis sur toi le pan de mon manteau et je couvris ta nuditĂ©. Je me suis engagĂ© envers toi par serment, je suis entrĂ© en alliance avec toi – oracle du Seigneur Dieu – et tu as Ă©tĂ© Ă  moi.
Je t’ai plongĂ©e dans l’eau, je t’ai nettoyĂ©e de ton sang, je t’ai parfumĂ©e avec de l’huile.
Je t’ai revĂȘtue d’habits chamarrĂ©s, je t’ai chaussĂ©e de souliers en cuir fin, je t’ai donnĂ© une ceinture de lin prĂ©cieux, je t’ai couverte de soie.
Je t’ai parĂ©e de joyaux : des bracelets Ă  tes poignets, un collier Ă  ton cou,
un anneau Ă  ton nez, des boucles Ă  tes oreilles, et sur ta tĂȘte un diadĂšme magnifique.
Tu Ă©tais parĂ©e d’or et d’argent, vĂȘtue de lin prĂ©cieux, de soie et d’étoffes chamarrĂ©es. La fleur de farine, le miel et l’huile Ă©taient ta nourriture. Tu devins de plus en plus belle et digne de la royautĂ©.
Ta renommĂ©e se rĂ©pandit parmi les nations, Ă  cause de ta beautĂ©, car elle Ă©tait parfaite, grĂące Ă  ma splendeur dont je t’avais revĂȘtue – oracle du Seigneur Dieu.
Mais tu t’es fiĂ©e Ă  ta beautĂ©, tu t’es prostituĂ©e en usant de ta renommĂ©e, tu as prodiguĂ© tes faveurs Ă  tout passant : tu as Ă©tĂ© Ă  n’importe qui.
Cependant, moi, je me ressouviendrai de mon alliance, celle que j’ai conclue avec toi au temps de ta jeunesse, et j’établirai pour toi une alliance Ă©ternelle.
Ainsi tu te souviendras, tu seras couverte de honte. Dans ton dĂ©shonneur, tu n’oseras pas ouvrir la bouche quand je te pardonnerai tout ce que tu as fait – oracle du Seigneur Dieu. »

Livre d'IsaĂŻe 12,2.4cde-5a.5b-6.
Voici le Dieu qui me sauve :
j’ai confiance, je n’ai plus de crainte.
Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.

proclamez son nom,
annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! »
Redites-le : « Sublime est son nom ! »
Jouez pour le Seigneur !

Il montre sa magnificence,
Jubilez, criez de joie, habitants de Sion,
car il est grand au milieu de toi,
le Saint d’IsraĂ«l !


Évangile de JĂ©sus-Christ selon saint Matthieu 19,3-12.
En ce temps-lĂ , des pharisiens s’approchĂšrent de JĂ©sus pour le mettre Ă  l’épreuve ; ils lui demandĂšrent : « Est-il permis Ă  un homme de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? »
Il rĂ©pondit : « N’avez-vous pas lu ceci ? DĂšs le commencement, le CrĂ©ateur les fit homme et femme,
et dit : ‘À cause de cela, l’homme quittera son pùre et sa mùre, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair.’
Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sĂ©pare pas ! »
Les pharisiens lui rĂ©pliquent : « Pourquoi donc MoĂŻse a-t-il prescrit la remise d’un acte de divorce avant la rĂ©pudiation ? »
JĂ©sus leur rĂ©pond : « C’est en raison de la duretĂ© de votre cƓur que MoĂŻse vous a permis de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.
Or je vous le dis : si quelqu’un renvoie sa femme – sauf en cas d’union illĂ©gitime – et qu’il en Ă©pouse une autre, il est adultĂšre. »
Ses disciples lui disent : « Si telle est la situation de l’homme par rapport Ă  sa femme, mieux vaut ne pas se marier. »
Il leur répondit : « Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné.
Il y a des gens qui ne se marient pas car, de naissance, ils en sont incapables ; il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils ont Ă©tĂ© mutilĂ©s par les hommes ; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier Ă  cause du royaume des Cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ! »



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour : Le Missel romain
« 'Tous deux ne feront plus qu'un'.  Ce mystĂšre est grand : je veux dire qu'il s'applique au Christ et Ă  l'Église » (Ep 5,31-32)



 
©Evangelizo.org 2001-2018