« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Dix-huitiĂšme dimanche du temps ordinaire

Livre de l'Exode 16,2-4.12-15.
En ces jours-lĂ , dans le dĂ©sert, toute la communautĂ© des fils d’IsraĂ«l  rĂ©criminait contre MoĂŻse et son frĂšre Aaron.
Les fils d’IsraĂ«l leur dirent : « Ah ! Il aurait mieux valu mourir de la main du Seigneur, au pays d’Égypte, quand nous Ă©tions assis prĂšs des marmites de viande, quand nous mangions du pain Ă  satiĂ©té ! Vous nous avez fait sortir dans ce dĂ©sert pour faire mourir de faim tout ce peuple assemblé ! »
Le Seigneur dit Ă  MoĂŻse : « Voici que, du ciel, je vais faire pleuvoir du pain pour vous. Le peuple sortira pour recueillir chaque jour sa ration quotidienne, et ainsi je vais le mettre Ă  l’épreuve : je verrai s’il marchera, ou non, selon ma loi.
« J’ai entendu les rĂ©criminations des fils d’IsraĂ«l. Tu leur diras : “Au coucher du soleil, vous mangerez de la viande et, le lendemain matin, vous aurez du pain Ă  satiĂ©tĂ©. Alors vous saurez que moi, le Seigneur, je suis votre Dieu.” »
Le soir mĂȘme, surgit un vol de cailles qui recouvrirent le camp ; et, le lendemain matin, il y avait une couche de rosĂ©e autour du camp.
Lorsque la couche de rosĂ©e s’évapora, il y avait, Ă  la surface du dĂ©sert, une fine croĂ»te, quelque chose de fin comme du givre, sur le sol.
Quand ils virent cela, les fils d’IsraĂ«l se dirent l’un Ă  l’autre : « Mann hou ? » (ce qui veut dire : Qu’est-ce que c’est ?), car ils ne savaient pas ce que c’était. MoĂŻse leur dit : « C’est le pain que le Seigneur vous donne Ă  manger. »

Psaume 78(77),3.4ac.23-24.25.52a.54a.
Nous avons entendu et nous savons
ce que nos pÚres nous ont raconté ;
nous le redirons Ă  l'Ăąge qui vient,
les titres de gloire du Seigneur.

Il commande aux nuées là-haut,
il ouvre les Ă©cluses du ciel :
pour les nourrir il fait pleuvoir la manne,
il leur donne le froment du ciel.

chacun se nourrit du pain des Forts,
il les pourvoit de vivres à satiété.
Tel un berger, il conduit son peuple.
Il les fait entrer dans son domaine sacré.


Lettre de saint Paul ApĂŽtre aux ÉphĂ©siens 4,17.20-24.
FrĂšres, je vous le dis, j’en tĂ©moigne dans le Seigneur : vous ne devez plus vous conduire comme les paĂŻens qui se laissent guider par le nĂ©ant de leur pensĂ©e.
Mais vous, ce n’est pas ainsi que l’on vous a appris à connaütre le Christ,
si du moins l’annonce et l’enseignement que vous avez reçus Ă  son sujet s’accordent Ă  la vĂ©ritĂ© qui est en JĂ©sus.
Il s’agit de vous dĂ©faire de votre conduite d’autrefois, c’est-Ă -dire de l’homme ancien corrompu par les convoitises qui l’entraĂźnent dans l’erreur.
Laissez-vous renouveler par la transformation spirituelle de votre pensée.
RevĂȘtez-vous de l’homme nouveau, crĂ©Ă©, selon Dieu, dans la justice et la saintetĂ© conformes Ă  la vĂ©ritĂ©.

Évangile de JĂ©sus Christ selon saint Jean 6,24-35.
En ce temps-lĂ , quand la foule vit que JĂ©sus n’était pas lĂ , ni ses disciples, les gens montĂšrent dans les barques et se dirigĂšrent vers CapharnaĂŒm Ă  la recherche de JĂ©sus.
L’ayant trouvĂ© sur l’autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivĂ© ici ? »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés.
Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie Ă©ternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le PĂšre, a marquĂ© de son sceau. »
Ils lui dirent alors : « Que devons-nous faire pour travailler aux Ɠuvres de Dieu ? »
JĂ©sus leur rĂ©pondit : « L’Ɠuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyĂ©. »
Ils lui dirent alors : « Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire ? Quelle Ɠuvre vas-tu faire ?
Au dĂ©sert, nos pĂšres ont mangĂ© la manne ; comme dit l’Écriture : ‘Il leur a donnĂ© Ă  manger le pain venu du ciel.’ »
JĂ©sus leur rĂ©pondit : « Amen, amen, je vous le dis : ce n’est pas MoĂŻse qui vous a donnĂ© le pain venu du ciel ; c’est mon PĂšre qui vous donne le vrai pain venu du ciel.
Car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. »
Ils lui dirent alors : « Seigneur, donne-nous toujours de ce pain-là. »
JĂ©sus leur rĂ©pondit : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient Ă  moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour : Bienheureuse Teresa de Calcutta
« Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim »



 
©Evangelizo.org 2001-2017