« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le jeudi de la 16e semaine du temps ordinaire

Livre de Jérémie 2,1-3.7-8.12-13.
La parole du Seigneur me fut adressée :
Va proclamer aux oreilles de Jérusalem : « Ainsi parle le Seigneur : Je me souviens de la tendresse de tes jeunes années, ton amour de jeune mariée, lorsque tu me suivais au désert, dans une terre inculte.
IsraĂ«l Ă©tait consacrĂ© au Seigneur, premiĂšre gerbe de sa rĂ©colte ; celui qui en mangeait Ă©tait coupable : il lui arrivait malheur, – oracle du Seigneur.
Je vous ai fait entrer dans une terre plantureuse pour vous nourrir de tous ses fruits. Mais à peine entrés, vous avez profané ma terre, changé mon héritage en abomination.
Les prĂȘtres n’ont pas dit : “OĂč est-il, le Seigneur ?” Les dĂ©positaires de la Loi ne m’ont pas connu, les pasteurs se sont rĂ©voltĂ©s contre moi ; les prophĂštes ont prophĂ©tisĂ© au nom du dieu Baal, ils ont suivi des dieux qui ne servent Ă  rien.
Cieux, soyez-en consternĂ©s, horrifiĂ©s, Ă©pouvantĂ©s ! – oracle du Seigneur.
Oui, mon peuple a commis un double mĂ©fait : ils m’ont abandonnĂ©, moi, la source d’eau vive, et ils se sont creusĂ© des citernes, des citernes fissurĂ©es qui ne retiennent pas l’eau ! »

Psaume 36(35),6-7ab.8-9.10-11.
Dans les cieux, Seigneur, ton amour ;
jusqu'aux nues, ta vérité !
Ta justice, une haute montagne ;
tes jugements, le grand abĂźme !

Qu'il est précieux ton amour, Î mon Dieu !
À l'ombre de tes ailes, tu abrites les hommes :
ils savourent les festins de ta maison ;
aux torrents du paradis, tu les abreuves.

En toi est la source de vie ;
par ta lumiĂšre nous voyons la lumiĂšre.
Garde ton amour Ă  ceux qui t'ont connu,
ta justice Ă  tous les hommes droits.



Évangile de JĂ©sus-Christ selon saint Matthieu 13,10-17.
En ce temps-lĂ , les disciples s’approchĂšrent de JĂ©sus et lui dirent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? »
Il leur rĂ©pondit : « À vous il est donnĂ© de connaĂźtre les mystĂšres du royaume des Cieux, mais ce n’est pas donnĂ© Ă  ceux-lĂ .
À celui qui a, on donnera, et il sera dans l’abondance ; Ă  celui qui n’a pas, on enlĂšvera mĂȘme ce qu’il a.
Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder, et qu’ils Ă©coutent sans Ă©couter ni comprendre.
Ainsi s’accomplit pour eux la prophĂ©tie d’IsaĂŻe : ‘Vous aurez beau Ă©couter, vous ne comprendrez pas. Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas.
Le cƓur de ce peuple s’est alourdi : ils sont devenus durs d’oreille, ils se sont bouchĂ© les yeux, de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent, que leur cƓur ne comprenne, qu’ils ne se convertissent, – et moi, je les guĂ©rirai.’
Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient, et vos oreilles puisqu’elles entendent !
Amen, je vous le dis : beaucoup de prophĂštes et de justes ont dĂ©sirĂ© voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour : Saint Augustin
« Beaucoup de prophÚtes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez »



 
©Evangelizo.org 2001-2018