« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le jeudi de la 2e semaine du temps ordinaire

Lettre aux HĂ©breux 7,25-28.8,1-6.
FrĂšres, JĂ©sus est capable de sauver d’une maniĂšre dĂ©finitive ceux qui par lui s’avancent vers Dieu, car il est toujours vivant pour intercĂ©der en leur faveur.
C’est bien le grand prĂȘtre qu’il nous fallait : saint, innocent, immaculé ; sĂ©parĂ© maintenant des pĂ©cheurs, il est dĂ©sormais plus haut que les cieux.
Il n’a pas besoin, comme les autres grands prĂȘtres, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses pĂ©chĂ©s personnels, puis pour ceux du peuple ; cela, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-mĂȘme.
La loi de MoĂŻse Ă©tablit comme grands prĂȘtres des hommes remplis de faiblesse ; mais la parole du serment divin, qui vient aprĂšs la Loi, Ă©tablit comme grand prĂȘtre le Fils, conduit pour l’éternitĂ© Ă  sa perfection.
Et voici l’essentiel de ce que nous voulons dire : c’est bien ce grand prĂȘtre-lĂ  que nous avons, lui qui s’est assis Ă  la droite de la MajestĂ© divine dans les cieux,
aprÚs avoir accompli le service du véritable Sanctuaire et de la véritable Tente, celle qui a été dressée par le Seigneur et non par un homme.
Tout grand prĂȘtre est Ă©tabli pour offrir des dons et des sacrifices ; il Ă©tait donc nĂ©cessaire que notre grand prĂȘtre ait, lui aussi, quelque chose Ă  offrir.
À vrai dire, s’il Ă©tait sur la terre, il ne serait mĂȘme pas prĂȘtre, puisqu’il y a dĂ©jĂ  les prĂȘtres qui offrent les dons conformĂ©ment Ă  la Loi :
ceux-ci rendent leur culte dans un sanctuaire qui est une image et une Ă©bauche des rĂ©alitĂ©s cĂ©lestes, comme en tĂ©moigne l’oracle reçu par MoĂŻse au moment oĂč il allait construire la Tente : ‘Regarde,’ dit le Seigneur, ‘tu exĂ©cuteras tout selon le modĂšle qui t’a Ă©tĂ© montrĂ© sur la montagne.’
Quant au grand prĂȘtre que nous avons, le service qui lui revient se distingue d’autant plus que lui est mĂ©diateur d’une alliance meilleure, reposant sur de meilleures promesses.

Psaume 40(39),7-8a.8b-9.10.17.
Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j'ai dit : « Voici, je viens.

« Dans le livre, est écrit pour moi
ce que tu veux que je fasse.
Mon Dieu, voilĂ  ce que j'aime :
ta loi me tient aux entrailles. »

J'annonce la justice
dans la grande assemblée ;
vois, je ne retiens pas mes lĂšvres,
Seigneur, tu le sais.

Mais tu seras l'allégresse et la joie
de tous ceux qui te cherchent ;
toujours ils rediront : « Le Seigneur est grand ! »
ceux qui aiment ton salut.



Évangile de JĂ©sus Christ selon saint Marc 3,7-12.
En ce temps-là, Jésus se retira avec ses disciples prÚs de la mer, et une grande multitude de gens, venus de la Galilée, le suivirent.
De JudĂ©e, de JĂ©rusalem, d’IdumĂ©e, de Transjordanie, et de la rĂ©gion de Tyr et de Sidon vinrent aussi Ă  lui une multitude de gens qui avaient entendu parler de ce qu’il faisait.
Il dit Ă  ses disciples de tenir une barque Ă  sa disposition pour que la foule ne l’écrase pas.
Car il avait fait beaucoup de guérisons, si bien que tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher.
Et lorsque les esprits impurs le voyaient, ils se jetaient à ses pieds et criaient : « Toi, tu es le Fils de Dieu ! »
Mais il leur défendait vivement de le faire connaßtre.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour : Saint Ephrem
« Beaucoup de gens... avaient appris tout ce qu'il faisait, et ils vinrent à lui »



 
©Evangelizo.org 2001-2017