« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le samedi de la 5e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église
Commentaire sur l'Ă©vangile de Luc, VI, 73-88 (trad. SC 45, p. 254s rev.)

« Si je les renvoie chez eux à jeun, ils vont défaillir en route »

      Seigneur JĂ©sus, je sais bien que tu ne veux pas laisser Ă  jeun ces gens ici avec moi, mais les nourrir des aliments que tu distribues ; ainsi, fortifiĂ©s par ta nourriture, ils n'auront pas Ă  redouter de dĂ©faillir de faim. Je sais bien que nous aussi tu ne veux pas nous renvoyer Ă  jeun... Tu l'as dit : tu ne veux pas qu'ils dĂ©faillent en chemin, c'est-Ă -dire qu'ils dĂ©faillent dans le parcours de cette vie, avant de parvenir au terme de la route, avant de parvenir au Père et de comprendre que tu viens du Père...

      Le Seigneur a donc pitiĂ©, pour que nul ne dĂ©faille en chemin... Comme il fait pleuvoir sur les justes autant que sur les injustes (Mt 5,45), il nourrit aussi bien les justes que les injustes. N'est-ce pas grâce Ă  la force de la nourriture que le saint prophète Élie, dĂ©faillant en chemin, a pu marcher quarante jours ? (1R 19,8) Cette nourriture, c'est un ange qui la lui a donnĂ©e ; mais vous, c'est le Christ lui-mĂŞme qui vous nourrit. Si vous conservez la nourriture ainsi reçue, vous marcherez non pas quarante jours et quarante nuits..., mais pendant quarante ans, depuis votre sortie des confins de l'Égypte jusqu'Ă  votre arrivĂ©e dans la terre d'abondance, dans la terre oĂą coulent le lait et le miel (Ex 3,8)...

      Le Christ partage donc les vivres, et il veut, sans aucun doute, donner Ă  tous. Il ne refuse Ă  personne, car il fournit tous. Cependant, quand il rompt les pains et qu'il les donne aux disciples, si vous ne tendez pas les mains pour recevoir votre nourriture, vous dĂ©faillirez en chemin... Ce pain que rompt JĂ©sus, c'est le mystère de la parole de Dieu : lorsqu'elle est distribuĂ©e, elle augmente. Ă€ partir de quelques paroles seulement, JĂ©sus a fourni Ă  tous les peuples un aliment surabondant. Il nous a donnĂ© ses discours comme des pains, et tandis que nous les goĂ»tons, ils se multiplient encore dans notre bouche... Alors que les foules mangent, les morceaux augmentent encore, en se multipliant, si bien que les restes, Ă  la fin, sont encore plus abondants que les quelques pains partagĂ©s.



 
©Evangelizo.org 2001-2018