« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Solennité de l'Immaculée Conception de la Vierge Marie
Commentaire du jour
Saint Bonaventure (1221-1274), franciscain, docteur de l'Église
L'Arbre de Vie, n°3 (Œuvres spirituelles, tome 3, Sté S. François d'Assise, 1932, pp.68-69 ; trad. du P. Jean de Dieu ; rev.)

Quand Jésus prit chair en Marie

      Lorsque vint la plénitude des temps (Gal.4, 4), de même qu'au sixième jour, l'homme fut formé de la terre par la puissance et la sagesse de la main divine, au commencement du sixième âge du monde, l'archange Gabriel fut envoyé à la Vierge et celle-ci donna son consentement. L'Esprit Saint descendit sur elle, embrasant comme un feu divin son âme et sanctifiant sa chair de la pureté la plus parfaite, et « la vertu du Très-Haut la couvrit de son ombre Â» (cf. Lc 1,35) afin qu'elle pût supporter semblable ardeur. Ainsi par l'opération du Très-Haut, instantanément un corps fut formé, une âme créée et en même temps les deux furent unis à la divinité en la personne du Fils, afin que le même fût Dieu et Homme, les propriétés de chacune des deux natures demeurant sauves.

      Oh ! Si tu pouvais un tant soit peu comprendre quel fut, et de quelle immensité, l'incendie alors allumé du ciel, le rafraîchissement procuré, la consolation accordée ! À quelle dignité fut élevée la Vierge Mère ! Quel fut l'ennoblissement du genre humain et quelle la condescendance de la Majesté divine ! Si tu pouvais entendre les chants de jubilation de la Vierge, gravir la montagne avec Notre-Dame, contempler les suaves embrassements de la Stérile et de la Vierge, et la manière dont est rempli le devoir de se saluer, manière en laquelle l'humble serviteur reconnaît son Seigneur ; le héraut, son Juge ; la voix, le Verbe ! je suis sûr qu'alors tu entonnerais en suaves accents avec la Bienheureuse Vierge le cantique sacré : « Que mon âme glorifie le Seigneur... Â» (Lc 1,46). Je suis sûr qu'avec joie et transport tu te joindrais au Prophète enfant pour adorer l'admirable conception virginale.



 
©Evangelizo.org 2001-2017