« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le mercredi de la 32e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Vie de saint François d'Assise dite « Compilation de Pérouse » (v. 1311)
§ 43 (trad. Debonnets et Vorreux, Documents, 1968, p. 924)

« Rendre gloire à Dieu »

      Deux ans avant sa mort, le bienheureux François Ă©tait dĂ©jĂ  bien malade, souffrant surtout des yeux... Il a Ă©tĂ© cinquante jours et plus sans pouvoir supporter pendant la journĂ©e la lumière du soleil, ni pendant la nuit la clartĂ© du feu. Il demeurait constamment dans l'obscuritĂ© Ă  l'intĂ©rieur de la maison, dans sa cellule... Une nuit, comme il rĂ©flĂ©chissait Ă  toutes les tribulations qu'il endurait, il a eu pitiĂ© de lui-mĂŞme et a dit intĂ©rieurement : « Seigneur, secours-moi dans mes infirmitĂ©s, pour que j'aie la force de les supporter patiemment ! Â» Et soudain il a entendu en esprit une voix : « Dis-moi, frère : si, en compensation de tes souffrances et tribulations, on te donnait un immense et prĂ©cieux trĂ©sor..., ne te rĂ©jouirais-tu pas ? ... RĂ©jouis-toi et sois dans l'allĂ©gresse au milieu de tes infirmitĂ©s et tribulations : dès maintenant vis en paix comme si tu partageais dĂ©jĂ  mon Royaume. Â»

      Le lendemain il a dit Ă  ses compagnons... : « Dieu m'a donnĂ© une telle grâce et bĂ©nĂ©diction que, dans sa misĂ©ricorde, il a daignĂ© m'assurer, Ă  moi son pauvre et indigne serviteur vivant encore ici-bas, que je partagerais son Royaume. C'est pourquoi, pour sa gloire, pour ma consolation et l'Ă©dification du prochain, je veux composer une nouvelle « Louange du Seigneur Â» pour ses crĂ©atures. Chaque jour, celles-ci servent Ă  nos besoins, sans elles nous ne pourrions pas vivre, et par elles le genre humain offense beaucoup le CrĂ©ateur. Chaque jour aussi nous mĂ©connaissons un si grand bienfait en ne louant pas comme nous le devrions le CrĂ©ateur et Dispensateur de tous ces dons Â»...

      Ces « Louanges du Seigneur Â» qui commencent par : « Très haut, tout puissant et bon Seigneur Â», il les appela « Cantique de frère Soleil Â». C'est, en effet, la plus belle de toutes les crĂ©atures, celle que l'on peut, mieux que toute autre, comparer Ă  Dieu. Et il disait : « Au lever du soleil, tout homme devrait louer Dieu d'avoir crĂ©Ă© cet astre qui pendant le jour donne aux yeux leur lumière ; le soir, quand vient la nuit, tout homme devrait louer Dieu pour cette autre crĂ©ature, notre frère le feu qui, dans les tĂ©nèbres, permet Ă  nos yeux de voir clair. Nous sommes tous comme des aveugles, et c'est par ces deux crĂ©atures que Dieu nous donne la lumière. C'est pourquoi, pour ces crĂ©atures et pour les autres qui nous servent chaque jour, nous devons louer tout particulièrement leur glorieux CrĂ©ateur. Â»

      Lui-mĂŞme le faisait de tout son cĹ“ur, qu'il soit malade ou bien portant, et volontiers il conviait les autres Ă  chanter la gloire du Seigneur. Quand il a Ă©tĂ© terrassĂ© par la maladie, il entonnait souvent ce cantique et le faisait continuer par ses compagnons ; il oubliait ainsi, en considĂ©rant la gloire du Seigneur, la violence de ses douleurs et de ses maux. Il a agi ainsi jusqu'au jour de sa mort.



 
©Evangelizo.org 2001-2018