¬ę Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie √©ternelle ¬Ľ Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Douzième dimanche du temps ordinaire
Commentaire du jour
L'Imitation de Jésus Christ, traité spirituel du 15e siècle
II, ch. 1 (trad. Ravinaud, Médiaspaul 1989, p. 67)

¬ę¬†Ne craignez pas les hommes; tout ce qui est voil√©, sera d√©voil√©¬†¬Ľ

      Tu n'as ¬ę pas ici-bas de demeure d√©finitive ¬Ľ (H√© 13,14). O√Ļ que tu sois, tu n'es qu'un h√īte, un passant, et tu n'auras jamais de paix si tu n'es pas intimement uni √† J√©sus Christ. Que cherches-tu autour de toi ? Le lieu de ton repos n'est pas ici-bas. Ta demeure est au ciel, et rien sur cette terre ne t'appartient. Tout passe, et tu passeras avec tout ce qui t'entoure. Prends donc garde de t'attacher √† quoi que ce soit, car tu serais pris et perdu.

      Que ta pens√©e se tourne sans cesse vers le Tr√®s-Haut, et que ta pri√®re s'√©l√®ve vers J√©sus Christ. Si tu ne sais pas m√©diter la profondeur des myst√®res c√©lestes, repose-toi dans la Passion du Christ, et aime √† te cacher dans ses plaies sacr√©es. Car, si tu prends refuge dans les plaies et les stigmates de J√©sus, tu √©prouveras un grand r√©confort dans la tribulation ; tu ne craindras pas le m√©pris des hommes, et tu supporteras ais√©ment leurs critiques. En ce monde J√©sus Christ a √©t√© m√©pris√© par les hommes et, dans l'angoisse la plus extr√™me, abandonn√© par ses amis et ses proches et livr√© √† l'opprobre g√©n√©ral. J√©sus Christ a voulu souffrir et √™tre m√©pris√© ; et toi, tu oses te plaindre de la moindre contrari√©t√© ?

      Si tu veux r√©gner avec le Christ, vis avec le Christ et pour le Christ. Si tu √©tais parvenu une seule fois √† p√©n√©trer dans le cŇďur de J√©sus, et si tu avais ressenti son amour ardent, tu ne te pr√©occuperais plus de ce qui peut te plaire ou te d√©plaire ; tu te r√©jouirais plut√īt dans les humiliations, car l'amour de J√©sus permet aux hommes de tout m√©priser. Celui qui aime J√©sus et la v√©rit√© et qui a r√©ussi √† se d√©gager de toute affection d√©r√©gl√©e peut librement s'approcher de Dieu, s'√©lever en esprit au-dessus de sa condition pr√©sente, et go√Ľter dans le Christ un bonheur √©ternel. Celui qui juge toutes choses d'apr√®s ce qu'elles valent vraiment et non d'apr√®s les paroles et l'opinion des hommes, celui-l√† est vraiment sage et instruit par Dieu.



 
©Evangelizo.org 2001-2017