« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

CinquiĂšme dimanche de PĂąques
Commentaire du jour
Saint Augustin (354-430), Ă©vĂȘque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
Sermons sur l'évangile de Jean, n°65 (trad. cf bréviaire 4e jeu. de Pùques)

« Comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres »

      « Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres »... Celui qui Ă©coute ce commandement, ou plutĂŽt qui y obĂ©it, est renouvelĂ© non par n'importe quel amour mais par celui que le Seigneur a prĂ©cisĂ© en ajoutant, afin de le distinguer de l'affection purement naturelle : « Comme je vous ai aimĂ©s »... « Tous les membres du corps ont souci les uns des autres. Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est Ă  l'honneur, tous les membres se rĂ©jouissent avec lui » (1Co 12,25-26). Ils entendent, en effet, et ils observent cette parole : « Je vous donne un commandement nouveau, c'est de vous aimer les uns les autres », non pas comme font les dĂ©bauchĂ©s, ni ceux qui s'aiment simplement parce qu'ils ont une mĂȘme nature, mais comme s'aiment ceux qui sont tous « des dieux » (Jn 10,35) et « les fils du TrĂšs-Haut » (Lc 6,35), pour devenir ainsi les frĂšres de son Fils unique. Ceux-lĂ  s'aiment les uns les autres parce que lui-mĂȘme les a aimĂ©s, pour les conduire Ă  la fin qui les comblera, lĂ  oĂč leur dĂ©sir pourra se rassasier de tous les biens. En effet, tous les dĂ©sirs seront comblĂ©s lorsque Dieu sera « tout en tous » (1Co 15,28)...



      Celui qui aime son prochain d'un amour pur et spirituel, qu'aimera-t-il en lui si ce n'est Dieu ? C'est cet amour que le Seigneur veut sĂ©parer de l'affection purement naturelle lorsqu'il ajoute : « Comme je vous ai aimĂ©s ». Qu'est-ce qu'il a aimĂ© en nous, si ce n'est Dieu ? Non pas Dieu tel que nous le possĂ©dons dĂ©jĂ  mais tel qu'il veut que nous le possĂ©dions lĂ  oĂč « Dieu sera tout en tous ». Le mĂ©decin aime ses malades Ă  cause de la santĂ© qu'il veut leur donner, non Ă  cause de la maladie. « Comme je vous ai aimĂ©s, aimez-vous les uns les autres. » C'est pour cela qu'il nous a aimĂ©s : afin qu'Ă  notre tour nous nous aimions les uns les autres.



 
©Evangelizo.org 2001-2017