« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le lundi de la 28e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), Ă©vĂȘque de Ravenne, docteur de l'Église
Sermon 3 ; PL 52, 303-306 ; CCL 24, 211-215 (trad. ThĂšmes et figures, DDB 1984, p. 119 rev.)

« Cette génération demande un signe »

      C'est Jonas qui dĂ©cide lui-mĂȘme d'ĂȘtre jetĂ© hors du bateau : « Prenez-moi et jetez-moi Ă  la mer », dit-il (Jon 1,12) — ce qui dĂ©signe la Passion volontaire du Seigneur... Mais voici que surgit un monstre des profondeurs, un grand poisson s'approche, qui doit pleinement accomplir et manifester la rĂ©surrection du Seigneur, ou plutĂŽt engendrer ce mystĂšre. Un monstre est lĂ , image terrifiante de l'enfer qui, alors que sa gueule affamĂ©e le jette sur le prophĂšte, goĂ»te et assimile la puissance de son CrĂ©ateur, et en le dĂ©vorant s'oblige en fait Ă  ne plus dĂ©vorer personne. Le sĂ©jour redoutable de ses entrailles prĂ©pare la demeure du visiteur d'en haut : si bien que ce qui avait Ă©tĂ© une cause de malheur devient la barque impensable d'une traversĂ©e nĂ©cessaire, gardant son passager et le rejetant aprĂšs trois jours sur le rivage. Ainsi Ă©tait donnĂ© aux paĂŻens ce qui Ă©tait arrachĂ© aux ennemis du Christ. Et lorsque ceux-ci ont demandĂ© un signe, le Seigneur a jugĂ© que ce seul signe leur serait donnĂ©, par lequel ils comprendraient que la gloire qu'ils avaient espĂ©rĂ© recevoir du Christ devait ĂȘtre donnĂ©e aussi aux paĂŻens...



      Par la malveillance de ses ennemis, le Christ a Ă©tĂ© plongĂ© dans les profondeurs du chaos du sĂ©jour des morts ; pendant trois jours, il en a  parcouru tous les recoins (1P 3,19). Et quand il en est ressuscitĂ©, il a fait Ă©clater Ă  la fois la mĂ©chancetĂ© de ses ennemis, sa propre grandeur et son triomphe sur la mort.



      Ce sera donc justice que les gens de Ninive se lĂšvent au jour du Jugement pour condamner cette gĂ©nĂ©ration, car ils se sont convertis Ă  la proclamation d'un seul prophĂšte naufragĂ©, Ă©tranger, inconnu ; tandis que les gens de cette gĂ©nĂ©ration, aprĂšs tant d'actions admirables et de miracles, avec tout l'Ă©clat de la rĂ©surrection, ne sont pas devenus croyants ni ne se sont convertis.    



 
©Evangelizo.org 2001-2018