¬ę Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie √©ternelle ¬Ľ Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le lundi de la 27e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395), moine et évêque
Homélie 15 sur le Cantique des Cantiques ; PG 44, 1085-1087 (trad. Canevet, Cerf 1992, p. 194)

Le bon Samaritain

¬†¬†¬†¬†¬†¬† ¬ę¬†C'est l√† mon bien-aim√©, c'est l√† mon ami, filles de J√©rusalem¬†¬Ľ (Ct 5,16). L'√Čpouse du Cantique montre celui qu'elle cherchait en disant¬†: ¬ę¬†Voici celui que je cherche, celui qui pour devenir notre fr√®re est mont√© du pays de Juda. Il est devenu l'ami de celui qui √©tait tomb√© aux mains des brigands : il a gu√©ri ses plaies avec de l'huile, du vin et des pansements¬†; il l'a fait monter sur sa propre monture¬†; il l'a fait reposer dans l'h√ītellerie¬†; il a donn√© deux pi√®ces d'argent pour son entretien¬†; il a promis de donner √† son retour ce qui aurait √©t√© d√©pens√© en plus pour accomplir ses ordres¬†¬Ľ. Chacun de ces d√©tails a une signification bien √©vidente.



¬†¬†¬†¬†¬† Le docteur de la Loi tentait le Seigneur et voulait se montrer au-dessus des autres¬†; dans son orgueil il faisait fi de toute √©galit√© avec les autres, disant¬†: ¬ę¬†Qui est mon prochain¬†?¬†¬Ľ Le Verbe alors lui expose, sous forme d'un r√©cit, toute l'histoire sainte de la mis√©ricorde¬†: il raconte la descente de l'homme, l'embuscade des brigands, l'enl√®vement du v√™tement incorruptible, les blessures du p√©ch√©, l'envahissement par la mort de la moiti√© de notre nature (puisque notre √Ęme est rest√©e immortelle), le passage inutile de la Loi (puisque ni le pr√™tre ni le l√©vite n'ont soign√© les plaies de celui qui √©tait tomb√© aux mains des brigands).



¬†¬†¬†¬†¬† ¬ę Il √©tait en effet impossible que le sang des taureaux et des boucs efface le p√©ch√© ¬Ľ (He 10,4) ; seul pouvait le faire celui qui a rev√™tu toute la nature humaine — des Juifs, des Samaritains, des Grecs — en un mot, de toute l'humanit√©. Avec son corps, qui est la monture, il s'est rendu dans le lieu de la mis√®re de l'homme. Il a gu√©ri ses plaies, l'a fait reposer sur sa propre monture, et il a fait pour lui de sa mis√©ricorde une h√ītellerie, o√Ļ tous ceux qui peinent et ploient sous le fardeau trouvent le repos (Mt 11,28).



 
©Evangelizo.org 2001-2018