¬ę Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie √©ternelle ¬Ľ Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le vendredi de la 25e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Julienne de Norwich (1342-après 1416), recluse anglaise
Révélations de l'amour divin, ch. 27 (trad. Cerf, 1992, p. 105 rev.)

¬ę Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup..., qu'il soit tu√© et que, le troisi√®me jour, il ressuscite ¬Ľ

¬†¬†¬†¬†¬†¬†Dans ma sottise, je m'√©tonnais que la sagesse profonde de Dieu n'ait pas emp√™ch√© le d√©but du p√©ch√©, car s'il avait fait ainsi, me semblait-il, alors tout aurait √©t√© bien... J√©sus m'a r√©pondu : ¬ę Le p√©ch√© √©tait in√©luctable, mais tout finira bien, tout finira bien, toute chose, quelle qu'elle soit, finira bien ¬Ľ.



¬†¬†¬†¬†¬†¬†Dans ce simple mot ¬ę p√©ch√© ¬Ľ notre Seigneur m'a pr√©sent√© √† l'esprit tout ce qui n'est pas bon : le m√©pris ignoble et les √©preuves extr√™mes qu'il a soufferts pour nous, durant sa vie et √† sa mort ; toutes les souffrances et les douleurs, corporelles et spirituelles, de toutes ses cr√©atures... Je contemplais toutes les souffrances qui ont jamais exist√© ou existeront, et j'ai compris que la Passion du Christ a √©t√© la plus grande, la plus douloureuse de toutes et les surpasse toutes... Mais je n'ai pas vu le p√©ch√©. Je sais en effet, par la foi, qu'il n'a ni substance ni aucune sorte d'√™tre ; on ne saurait le conna√ģtre autrement que par la souffrance qu'il cause. J'ai compris que cette souffrance n'est que pour un temps : elle nous purifie ; elle nous am√®ne √† nous conna√ģtre nous-m√™mes et √† crier mis√©ricorde. La Passion de notre Seigneur nous fortifie contre le p√©ch√© et la souffrance : telle est sa sainte volont√©. En son tendre amour pour tous ceux qui seront sauv√©s, notre bon Seigneur les r√©conforte promptement et aimablement, comme s'il leur disait : ¬ę Il est vrai que le p√©ch√© est la cause de toutes ces douleurs, mais tout finira bien : toute chose, quelle qu'elle soit, finira bien ¬Ľ. Ces paroles, il me les a dites tr√®s tendrement, sans le moindre bl√Ęme...



¬†¬†¬†¬†¬†¬†Dans ces paroles, j'ai vu un myst√®re profond et merveilleux cach√© en Dieu. Ce myst√®re, il nous le d√©voilera et fera conna√ģtre pleinement au ciel. Lorsque nous en aurons connaissance, nous verrons en toute v√©rit√© pour quelle raison il a permis la venue du p√©ch√© en ce monde. Et voyant cela, nous nous r√©jouirons √©ternellement.



 
©Evangelizo.org 2001-2018