« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

FĂȘte de saint Laurent, diacre et martyr
Commentaire du jour
Saint Augustin (354-430), Ă©vĂȘque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
Sermon 304 ; PL 38, 1385 (trad. cf bréviaire 10/08)

« Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s'en détache la garde pour la vie éternelle »

      Dans l'Église de Rome, le bienheureux Laurent exerçait les fonctions de diacre. C'est lĂ  qu'il distribuait aux fidĂšles le sang sacrĂ© du Christ, et c'est lĂ  qu'il a versĂ© son propre sang pour le nom du Christ... L'apĂŽtre saint Jean a mis en pleine clartĂ© le mystĂšre de la CĂšne du Seigneur lorsqu'il a dit : « JĂ©sus a donnĂ© sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frĂšres » (1Jn 3,16). Saint Laurent a compris cela, mes frĂšres, il l'a compris et il l'a fait ; il a prĂ©parĂ© cette offrande par ce qu'il avait consommĂ© Ă  cette table. Il a aimĂ© le Christ par sa vie ; il l'a imitĂ© par sa mort.



      Et nous, mes frÚres, si nous l'aimons vraiment, nous devons l'imiter. La meilleure preuve que nous puissions lui donner de notre amour, c'est d'imiter ses exemples. « Le Christ a souffert pour nous et nous a laissé son exemple pour que nous suivions ses traces » (1P 2,21)... Dans le jardin du Seigneur il y a vraiment toutes sortes de fleurs : non seulement les roses des martyrs, mais aussi les lys des vierges, le lierre des gens mariés, les violettes des veuves. Absolument aucune catégorie de gens, mes bien-aimés, ne doit désespérer de sa vocation : c'est pour tous que le Seigneur a souffert... Il faut donc comprendre comment, sans répandre notre sang, sans affronter les souffrances du martyre, le chrétien doit suivre le Christ.



      L'apĂŽtre Paul dit, au sujet du Christ Seigneur : « Lui qui Ă©tait dans la condition de Dieu, il n'a pas jugĂ© bon de revendiquer son droit d'ĂȘtre traitĂ© Ă  l'Ă©gal de Dieu ». Quelle majestĂ© ! « Mais au contraire, il se dĂ©pouilla lui-mĂȘme, en prenant la condition de serviteur, devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme Ă  son comportement » (Ph 2,6s). Quel abaissement ! Le Christ s'est abaissĂ© : voilĂ , chrĂ©tien, ce qui est Ă  ta disposition. « Le Christ s'est fait obĂ©issant » (v. 8) : alors pourquoi ĂȘtre orgueilleux ?... Ensuite, aprĂšs ĂȘtre allĂ© jusqu'au bout de cet abaissement et avoir terrassĂ© la mort, le Christ est montĂ© au ciel : suivons-le.



 
©Evangelizo.org 2001-2018