¬ę Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie √©ternelle ¬Ľ Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le mercredi de la 18e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Saint Hilaire (v. 315-367), √©v√™que de Poitiers et docteur de l'√Čglise
Commentaire de l'évangile de Matthieu, 15 ; SC 258 (trad. SC p. 39 rev.)

¬ę Ma fille est tourment√©e par un d√©mon ¬Ľ

¬†¬†¬†¬†¬†¬†Cette Canan√©enne pa√Įenne n'a plus besoin elle-m√™me de gu√©rison, puisqu'elle confesse le Christ comme Seigneur et Fils de David, mais elle demande du secours pour sa fille, c'est-√†-dire pour la foule pa√Įenne prisonni√®re de la domination d'esprits impurs. Le Seigneur se tait, gardant par son silence le privil√®ge du salut √† Isra√ęl... Portant en lui le myst√®re de la volont√© du P√®re, il r√©pond qu'il a √©t√© envoy√© aux brebis perdues d'Isra√ęl, pour que ce soit d'une clart√© √©vidente que la fille de la Canan√©enne est le symbole de l'√Čglise... Il ne s'agit pas que le salut ne soit pas donn√© aussi aux pa√Įens, mais le Seigneur √©tait venu ¬ę pour les siens et chez lui ¬Ľ (Jn 1,11), et il attendait les pr√©mices de la foi de ce peuple dont il √©tait sorti, les autres devant √™tre sauv√©s ensuite par la pr√©dication des ap√ītres...



¬†¬†¬†¬†¬†¬†Et pour que nous comprenions que le silence du Seigneur provient de la consid√©ration du temps et non d'un obstacle mis par sa volont√©, il ajoute : ¬ę Femme, ta foi est grande ! ¬Ľ Il voulait dire que cette femme, d√©j√† certaine de son salut, avait foi ‚Äď ce qui est mieux encore - dans le rassemblement des pa√Įens, √† l'heure qui approche o√Ļ, par leur foi, ils seront lib√©r√©s comme la jeune fille de toute forme de domination des esprits impurs. Et la confirmation de cela arrive : en effet, apr√®s la pr√©figuration du peuple des pa√Įens dans la fille de la Canan√©enne, des hommes prisonniers de maladies d'esp√®ces diverses sont pr√©sent√©s au Seigneur par des foules sur la montagne (Mt 15,30). Ce sont des hommes incroyants, c'est-√†-dire malades, qui sont amen√©s par des croyants √† l'adoration et au prosternement et √† qui le salut est rendu en vue de saisir, √©tudier, louer et suivre Dieu.



 
©Evangelizo.org 2001-2018