« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le mardi de la 18e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Bienheureuse Élisabeth de la Trinité (1880-1906), carmélite
Dernière retraite, 20-21 (OC, Cerf 1991, p. 167)

« Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui »

      Â« Ils se prosternaient, ils adoraient et jetaient leurs couronnes devant le trĂ´ne, en disant : ' Tu es digne, Seigneur, de recevoir la gloire, l'honneur et la puissance ' » (Ap 4,10s). Comment imiter dans le ciel de mon âme cette occupation des bienheureux dans le ciel de la gloire ? Comment poursuivre cette louange, cette adoration ininterrompues ? Saint Paul me donne une lumière lĂ -dessus lorsqu'il souhaite pour les siens que « le Père les fortifie par son Esprit, en sorte que JĂ©sus Christ habite par la foi en leurs cĹ“urs et qu'ils soient enracinĂ©s et fondĂ©s dans l'amour » (cf Ep 3,16s). ĂŠtre enracinĂ© et fondĂ© dans l'amour : telle est, me semble-t-il, la condition pour remplir dignement son office de « louange de gloire » (Ep 1,6.12.14). L'âme qui pĂ©nètre et demeure en ces profondeurs de Dieu..., qui fait par consĂ©quent tout « en lui, avec lui, par lui et pour lui »..., cette âme s'enracine plus profondĂ©ment en Celui qu'elle aime, par chacun de ses mouvements, de ses aspirations, comme par chacun de ses actes, quelque ordinaires qu'ils soient. Tout en elle rend hommage au Dieu trois fois saint : elle est pour ainsi dire un Sanctus perpĂ©tuel, une louange de gloire incessante !

      Â« Ils se prosternent, ils adorent, ils jettent leurs couronnes. » D'abord l'âme doit se prosterner, se plonger dans l'abĂ®me de son nĂ©ant, s'y enfoncer si profondĂ©ment qu'elle...trouve la paix vĂ©ritable, immuable et parfaite que rien ne trouble, car elle s'est prĂ©cipitĂ©e si bas que personne n'ira la chercher lĂ . Alors elle pourra adorer.



 
©Evangelizo.org 2001-2018