« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le vendredi de la 17e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église
2ème homélie sur ces paroles de l'Évangile : « L'ange Gabriel fut envoyé », § 16

« N'est-il pas le fils du charpentier ? »

      Frères, souvenez-vous du patriarche Joseph..., de qui Joseph, l'époux de Marie, n'a pas hérité seulement le nom, mais la chasteté, l'innocence et les grâces... Le premier a reçu du ciel l'intelligence des songes (Gn 40; 41) ; le second a eu non seulement la connaissance des secrets du ciel mais l'honneur d'y participer. Le premier a pourvu à la substance de tout un peuple en lui fournissant le blé en abondance (Gn 41,55) ; le second a été établi gardien du pain vivant qui doit donner la vie au monde entier comme à lui-même (Jn 6,51). Il n'y a pas de doute que Joseph, qui a été fiancé à la mère du Sauveur, n'ait été un homme bon et fidèle, ou plutôt le « serviteur sûr et avisé » (Mt 25,21) que le Seigneur a établi sur sa famille pour être la consolation de sa mère, le père nourricier de son humanité, le coopérateur fidèle de son dessein sur le monde.



      Et il était de la maison de David..., descendant de la race royale, noble par sa naissance, mais plus noble encore par le cœur. Oui, il état vraiment fils de David, non seulement par le sang, mais par sa foi, par sa sainteté, par sa ferveur au service de Dieu. En Joseph, le Seigneur a trouvé vraiment, comme en David, « un homme selon son cœur » (1S 13,14), à qui il a pu confier en toute sécurité le plus grand secret de son cœur. Il lui a révélé « les intentions les plus cachées de sa Sagesse » (Ps 50,8), lui a fait connaître une merveille qu'aucun des princes de ce monde n'a connue ; il lui a accordé enfin de voir « ce que tant de rois et de prophètes ont désiré voir et n'ont pas vu », d'entendre celui que beaucoup ont désiré « entendre et qu'ils n'ont pas entendu » (Lc 10,24). Et non seulement de le voir et de l'entendre, mais de le porter en ses bras, de le conduire par la main, de le presser sur son cœur, de l'embrasser, de le nourrir et de le garder.



 
©Evangelizo.org 2001-2018