« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le jeudi de la 13e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prĂȘtre Ă  Antioche puis Ă©vĂȘque de Constantinople, docteur de l'Église
Homélies sur l'évangile de Matthieu, n° 29, 1

« Qui peut remettre les péchés, sinon Dieu seul ? » (Mc 2,7)

      « Et voilĂ  qu'on lui apportait un paralysĂ©. » Saint Matthieu dit simplement que ce paralytique a Ă©tĂ© apportĂ© Ă  JĂ©sus. D'autres Ă©vangĂ©listes racontent qu'il a Ă©tĂ© descendu par une ouverture dans le toit, et prĂ©sentĂ© au Sauveur sans formuler aucune demande, le laissant juger lui-mĂȘme de la guĂ©rison...



      L'Évangile dit « voyant la foi de ceux qui portaient le paralytique », c'est-Ă -dire de ceux qui l'avaient amenĂ© Ă  JĂ©sus. ConsidĂ©rez comment parfois le Christ ne fait aucun cas de la foi du malade : peut-ĂȘtre qu'il n'en est pas capable, Ă©tant inconscient ou possĂ©dĂ© par un esprit mauvais. Ici cependant ce paralytique avait une grande confiance en JĂ©sus ; autrement est-ce qu'il aurait permis qu'on le descende devant lui ? Le Christ rĂ©pond Ă  cette confiance par un prodige extraordinaire. Avec le pouvoir de Dieu lui-mĂȘme, il pardonne les pĂ©chĂ©s de cet homme. Il montre ainsi qu'il est l'Ă©gal du PĂšre, vĂ©ritĂ© qu'il avait dĂ©jĂ  montrĂ© quand il a dit au lĂ©preux : « Je le veux, sois guĂ©ri » (Mt 8,3)...et quand, par un seul mot, il avait calmĂ© la mer dĂ©chaĂźnĂ©e (Mt 8,26), ou quand, en tant que Dieu, il avait chassĂ© les dĂ©mons, qui reconnaissent en lui leur souverain et leur juge (Mt 8,32). Or ici, il montre Ă  ses adversaires, Ă  leur grand Ă©tonnement, qu'il est l'Ă©gal du PĂšre.



      Et le Sauveur montre ici, encore une fois, combien il repousse tout ce qui est spectaculaire ou source de vaine gloire. La foule le presse de tous cĂŽtĂ©s, mais il ne s'empresse pas d'opĂ©rer un miracle visible en guĂ©rissant la paralysie extĂ©rieure de cet homme... Il commence par un miracle invisible, guĂ©rissant l'Ăąme de cet homme. Cette guĂ©rison-lĂ  est infiniment plus avantageuse pour lui –- et, en apparence, moins glorieuse pour le Christ.



 
©Evangelizo.org 2001-2018