« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le vendredi de la 8e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Saint JĂ©rĂŽme (347-420), prĂȘtre, traducteur de la Bible, docteur de l'Église
Homélies sur l'évangile de Marc, n°8 ; SC 494 (trad. cf Marc commenté, DDB 1986, p. 85 et SC, p. 193)

Ce n'Ă©tait pas encore la saison des figues

      Â« Ce n'Ă©tait pas encore la saison des figues. »  Dans sa lettre aux Romains, l'apĂŽtre Paul donne une interprĂ©tation de ce passage : « Je ne veux pas, frĂšres, que vous ignoriez ce mystĂšre : c'est une cĂ©citĂ© partielle qui est arrivĂ©e Ă  IsraĂ«l, jusqu'Ă  ce que soit entrĂ©e la plĂ©nitude des nations. Et ainsi tout IsraĂ«l sera sauvĂ© » (Rm 11,25-26). Si le Seigneur avait trouvĂ© des fruits sur ce figuier, la totalitĂ© des nations ne serait pas entrĂ©e. Mais puisque la totalitĂ© des nations est entrĂ©e, tout IsraĂ«l finalement sera sauvĂ©... Par ailleurs, on trouve ce passage dans l'Apocalypse de Jean : « De la tribu de Juda douze mille croiront ; de la tribu de Ruben douze mille croiront » et il en est de mĂȘme des autres tribus (Ap 7,5-8). Au total, ils Ă©taient cent quarante-quatre mille Ă  croire...



      Si IsraĂ«l avait cru, notre Seigneur n'aurait pas Ă©tĂ© crucifiĂ©, et si notre Seigneur n'avait pas Ă©tĂ© crucifiĂ©, la foule des paĂŻens n'aurait pas Ă©tĂ© sauvĂ©e. Donc les juifs deviendront croyants, mais ils ne croiront qu'Ă  la fin du monde. Pour eux, ce n'Ă©tait pas la saison de croire en la croix... Leur incroyance, c'est notre foi ; leur chute a permis notre relĂšvement. Ce n'Ă©tait pas le moment pour eux, afin que ce soit le nĂŽtre.



 
©Evangelizo.org 2001-2018