« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le mercredi de la 5e semaine de PĂąques
Commentaire du jour
Saint Cyrille d'Alexandrie (380-444), Ă©vĂȘque et docteur de l'Église
Commentaire sur l'évangile de Jean, 10, 2 (trad. bréviaire 5e mar. Pùques rev.)

« Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruits »

      Le Seigneur dit...qu'il est lui-mĂȘme la vigne, pour nous apprendre Ă  nous attacher Ă  son amour et nous montrer combien d'avantages nous retirons de notre union avec lui. Et il compare aux sarments ceux qui lui sont unis, ajustĂ©s en quelque sorte et fixĂ©s en lui : ils sont dĂ©jĂ  « participants de sa nature » (2P 1,4) du fait qu'ils ont reçu le Saint-Esprit en partage. Car ce qui nous unit au Christ Sauveur, c'est son Esprit Saint...



      En effet, nous avons reçu la nouvelle naissance de lui et en lui, dans l'Esprit, en vue de porter des fruits de vie ; non pas de la vie ancienne et dépassée, mais de la vie renouvelée par la foi et l'amour envers lui. Demeurons dans cet état, greffés en quelque sorte sur le Christ, attachés coûte que coûte au commandement sacré qui nous a été donné. Efforçons-nous de conserver les bienfaits de cette noblesse, c'est-à-dire à ne laisser aucunement « contrister le Saint-Esprit » (Ep 4,30) qui a fait son habitation en nous, et par qui l'on sait que Dieu demeure en nous...



      De mĂȘme que la souche de la vigne fournit et distribue aux sarments sa qualitĂ© naturelle et qui lui est propre, ainsi le Verbe, Fils unique de Dieu le PĂšre, introduit chez les saints une...parentĂ© avec sa nature en leur donnant l'Esprit, surtout Ă  ceux qui lui sont unis par la foi et par une saintetĂ© parfaite. Il les nourrit et fait grandir leur ferveur ; il dĂ©veloppe en eux la capacitĂ© des vertus et de toute bontĂ©.



 
©Evangelizo.org 2001-2018