« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le mardi de la 4e semaine de Pâques
Commentaire du jour
Syméon le Nouveau Théologien (v. 949-1022), moine grec
Hymne 21, 468s ; SC 174 (trad. SC rev.)

« Le Père et moi, nous sommes UN »

Envoyé et sorti du Père, le Verbe est descendu

et il a habité tout entier dans les entrailles de la Vierge.

Tout entier il était dans le Père,

et tout entier il Ă©tait dans ce sein virginal,

et tout entier dans le tout, lui que rien ne peut contenir...

Demeurant inchangé, il a pris la forme d'esclave (Ph 2,7)

et après avoir été mis au monde, il est devenu un homme en tout...

Comment affirmer ce qui est impossible Ă  expliquer

à tous les anges, aux archanges et à tout être créé ?

On le pense d'une manière véritable,

mais on ne peut pas du tout l'exprimer,

et notre esprit ne peut pas le comprendre vraiment parfaitement.



Comment donc Dieu et homme, et homme-Dieu

est-il aussi le Fils du Père, tout entier,

d'une manière qui ne l'en sépare pas ;

comment est-il devenu fils de la Vierge et est-il sorti dans le monde ;

et comment est-il resté impossible à contenir pour tous ?...

Tu resteras silencieux maintenant

car mĂŞme si tu voulais parler, ton esprit ne trouvera pas de parole,

et ta langue bavarde demeure réduite au silence...



Gloire à toi, Père et Fils et Esprit Saint,

divinité que l'on ne peut pas saisir, indivisible dans sa nature.

Nous t'adorons dans l'Esprit Saint,

nous qui possédons ton Esprit, car nous l'avons reçu de toi.

Et, voyant ta gloire, nous ne recherchons pas indiscrètement,

mais c'est en lui, ton Esprit, que nous te voyons,

Père inengendré, et ton Verbe engendré qui sort de toi.

Et nous adorons la Trinité indivisible et sans mélange

dans son unique divinité et souveraineté et puissance.



 
©Evangelizo.org 2001-2018