« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le vendredi de la 3e semaine de Pâques
Commentaire du jour
Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité
Jesus, the Word to be Spoken, ch. 6 (trad. JĂ©sus, celui qu'on invoque, p. 84 rev.)

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui »

      Comme JĂ©sus nous parle avec tendresse lorsqu'il s'offre aux siens dans la sainte communion : « Ma chair est vraiment une nourriture et mon sang est vraiment une boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui ». Qu'est-ce que mon JĂ©sus pourrait me donner de plus que sa chair en nourriture ? Non, Dieu ne pourrait pas faire plus, ni me montrer un plus grand amour.

      La sainte communion, comme le mot lui-mĂŞme l'implique, est l'union intime de JĂ©sus avec notre âme et notre corps. Si nous voulons avoir la vie et la possĂ©der de façon plus abondante, nous devons vivre de la chair de notre Seigneur. Les saints l'ont tellement bien compris qu'ils pouvaient passer des heures en prĂ©paration et plus encore en action de grâce. Qui pourrait expliquer cela ? « Quelle profondeur de richesse dans la sagesse et la science de Dieu ! Comme ses jugements sont incomprĂ©hensibles, s'exclamait Paul, comme ses chemins sont impĂ©nĂ©trables, car qui connaĂ®t l'esprit du Seigneur ? » (Rm 11,33-34).

      Lorsque vous accueillez le Christ dans votre cĹ“ur après le partage du Pain Vivant, souvenez-vous de ce que Notre-Dame a dĂ» ressentir alors que le Saint Esprit l'enveloppait de son ombre et qu'elle, qui Ă©tait pleine de grâce, a reçu le corps du Christ (Lc 1,26s). L'Esprit Ă©tait si fort en elle qu'immĂ©diatement « elle se leva en hâte » (v. 39) pour aller et servir.



 
©Evangelizo.org 2001-2018