¬ę Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie √©ternelle ¬Ľ Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le mercredi de la 5e semaine de Carême
Commentaire du jour
Saint Césaire d'Arles (470-543), moine et évêque
Hom√©lie 83 ; √©d. Morin 340¬†¬†(trad. coll. P√®res dans la foi, n¬į22, p. 130)

Agir comme Abraham

¬†¬†¬†¬†¬†¬†A Mambr√©, trois hommes s'approchent d'Abraham et se tiennent debout pr√®s de lui (Gn 18). Repr√©sentez-vous la sc√®ne : ils se pr√©sentent au-dessus de lui, non en face de lui. Abraham s'√©tait soumis √† la volont√© de Dieu, ce qu'exprime le fait que Dieu se trouve au-dessus de lui. Ils ne se tiennent donc pas...en face de lui pour le repousser, mais au-dessus de lui pour le prot√©ger. Abraham accueille trois hommes ; il leur sert trois mesures de pain. Quelle explication donner √† cela, mes fr√®res, si ce n'est qu'il reconna√ģt le myst√®re de la Trinit√© ? Il apporte aussi un veau, qui n'est pas dur, mais ¬ę bon et tendre ¬Ľ. Pour √™tre aussi bon, aussi tendre, il ne peut s'agir que de celui qui s'est humili√© pour nous jusqu'√† la mort, le Christ. C'est bien lui, ce veau gras que le p√®re immole pour c√©l√©brer le retour du fils repentant (cf Lc 15,23), ¬ę car Dieu a tant aim√© le monde qu'il a donn√© son fils unique ¬Ľ (Jn 3,16).



¬†¬†¬†¬†¬†¬†Abraham va donc √† la rencontre des trois hommes, mais celui qu'il adore est unique... Comme je l'ai d√©j√† dit, on y discerne le myst√®re de la Trinit√© ; s'il s'est mis √† adorer comme s'il n'y avait qu'une seule personne, c'est qu'il sait que Dieu est unique en trois personnes. Il s'adresse √† une seule personne lorsqu'il dit : ¬ę Fais le d√©tour vers ton serviteur ¬Ľ (v. 3) ; or il ajoute, laissant √† penser qu'il s'adresse √† plusieurs personnes : ¬ę Qu'on apporte un peu d'eau, vous vous laverez les pieds ¬Ľ (v. 4).



¬†¬†¬†¬†¬†¬†Que le bienheureux Abraham vous serve d'exemple, fr√®res, pour recevoir vos h√ītes avec amabilit√©, leur laver les pieds avec humilit√© et respect... Ne n√©gligez pas ces propos, fr√®res, vous qui ne voulez pas vous montrer hospitaliers, vous qui recevez votre h√īte comme un ennemi. En fait, √† cause de son hospitalit√©, le bienheureux Abraham m√©ritait de recevoir Dieu en personne tandis qu'il recevait ces trois hommes. Le Christ aussi confirme ce propos en disant dans l'√Čvangile : ¬ę J'√©tais un √©tranger et vous m'avez accueilli ¬Ľ (Mt 25,35). Ne n√©gligez donc pas les voyageurs, de peur que ce ne soit Dieu en personne que vous refusiez d'accueillir.



 
©Evangelizo.org 2001-2018