¬ę Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie √©ternelle ¬Ľ Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le mardi de la 7e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Cardinal Joseph Ratzinger [Beno√ģt XVI, pape de 2005 √† 2013]
Der Gott Jesu Christi (trad. Le Dieu de Jésus Christ, Fayard 1977, p.72)

¬ę Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il accueille ¬Ľ

¬†¬†¬†¬†¬†¬†Il faut nous rappeler que le titre de noblesse th√©ologique central de J√©sus est ¬ę le Fils ¬Ľ. Dans quelle mesure cette d√©signation √©tait-elle d√©j√† linguistiquement pr√©figur√©e dans la mani√®re dont J√©sus s'est pr√©sent√© lui-m√™me ?... Il est hors de doute qu'elle est la tentative de r√©sumer par un mot l'impression g√©n√©rale que donnait sa vie ; l'orientation de sa vie, sa racine et son point d'aboutissement avaient pour nom ¬ę Abba ¬Ľ ‚Äď- papa. Il savait qu'il n'√©tait jamais seul ; jusqu'au dernier cri sur la croix il est tout entier tendu vers l'Autre, vers celui qu'il nomme P√®re. C'est ce qui a rendu possible que son v√©ritable titre de noblesse ne soit finalement ni ¬ę Roi ¬Ľ ni ¬ę Seigneur ¬Ľ ni d'autres attributs de puissance, mais un mot que nous pourrions √©galement traduire par ¬ę enfant ¬Ľ.



¬†¬†¬†¬†¬†¬†Nous pouvons donc dire que si l'enfance occupe une place si √©minente dans la pr√©dication de J√©sus, c'est parce qu'elle est en lien √©troit avec son myst√®re le plus personnel, sa filiation. Sa plus haute dignit√©, qui renvoie √† sa divinit√©, n'est finalement pas une puissance poss√©d√©e pour elle-m√™me ; elle consiste dans le fait d'√™tre tourn√© vers l'Autre ‚Äď- vers Dieu le P√®re...



      L'homme veut devenir Dieu (Gn 3,5) et il doit le devenir. Mais chaque fois que, comme dans l'éternel dialogue avec le serpent du Paradis, il essaie d'y parvenir en s'affranchissant de la tutelle de Dieu et de sa création pour ne plus s'appuyer que sur soi-même et s'installer soi-même, chaque fois que, en un mot, il devient tout à fait adulte, tout à fait émancipé, et qu'il rejette totalement l'enfance comme état de vie, il débouche sur le néant parce qu'il s'oppose à sa propre vérité qui est dépendance. Ce n'est qu'en conservant ce qu'il y a de plus essentiel à l'enfance et à l'existence de fils, vécue d'abord par Jésus, qu'il entre avec le Fils dans la divinité.



 
©Evangelizo.org 2001-2017