« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le lundi de la 5e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Sainte ThĂ©rĂšse d'Avila (1515-1582), carmĂ©lite, docteur de l'Église
Le Chemin de la perfection, ch. 34 (trad. Seuil 1961, p. 201 ; cf OC, Cerf 1995, p. 833)

« Tous ceux qui le touchaient étaient sauvés »

      Quand JĂ©sus Ă©tait en ce monde, le simple contact de ses vĂȘtements guĂ©rissait les malades. Pourquoi douter, si nous avons la foi, qu'il ne fasse encore des miracles en notre faveur quand il est si intimement uni Ă  nous dans la communion eucharistique ? Pourquoi ne nous donnera-t-il pas ce que nous lui demandons puisqu'il est dans sa propre maison ? Sa MajestĂ© n'a pas coutume de mal payer l'hospitalitĂ© qu'on lui donne en notre Ăąme, si on lui fait bon accueil. Éprouvez-vous de la peine de ne pas contempler notre Seigneur avec les yeux du corps ? Dites-vous que ce n'est pas ce qui vous convient actuellement...



      Mais dĂšs que notre Seigneur voit qu'une Ăąme va profiter de sa prĂ©sence, il se dĂ©couvre Ă  elle. Elle ne le verra pas, certes, des yeux du corps, mais il se manifestera Ă  elle par de grands sentiments intĂ©rieurs ou par bien d'autres moyens. Restez donc avec lui de bon cƓur. Ne perdez pas une occasion aussi favorable pour traiter de vos intĂ©rĂȘts que l'heure qui suit la communion.



 
©Evangelizo.org 2001-2018